"En Marche" une barricade bien dérisoire

Ecouter l'article: 

 Parmi les élus du département, je crois me souvenir que c’est Mélanie Mammeri qui a donné le « La » du ralliement à monsieur Macron, suivie de très près par Bruno Questel. Je n’y ai, à dire vrai, accordé que peu d’importance. Après tout, chacun est libre de ses choix, même les plus étranges.

Un peu curieux tout de même, j’ai interrogé quelques élus centristes de la ville d’Evreux sur leur posture après le ralliement de François Bayrou au même monsieur Macron. J’ai bien senti qu’ils étaient écartelés entre leur fidélité au chef du modem et leur allégeance à l’ex-lemairiste et néo-fillonniste qu’est le maire d’Evreux. L’un d’entre eux m’a toutefois dit du bout des lèvres qu’ils suivraient le national.

Je les trouve assez silencieux depuis lors.

Hier, c’est Jean Louis Destans qui annonçait son ralliement à monsieur Macron, et c’est pour moi d’une toute autre importance. J’ai appris en effet au cours des quatorze années où j’aurai été son vice-président au Département qu’il ne manquait ni de panache, ni d’intelligence et que, lorsqu’il prenait une décision que je trouvais « étonnante », elle finissait souvent par me devenir évidente avec le recul.

Ah la Révolution !

Ecouter l'article: 

 Le porte-parole de monsieur Mélenchon, qui, campagne électorale oblige, court quotidiennement les plateaux, nous a servi ce matin sur LCI la même soupe qu’à l’ordinaire, s’agissant de Benoît Hamon.

Aucun accord n’est possible avec le candidat du PS qu’est Benoît Hamon, a-t-il clamé à l’instar de son patron. Sous-entendu :  Hamon = Hollande = Cambadélis et, tant qu’on y est,  = Valls.

Valls, Parlons-en de Valls ! Il se refuserait à parrainer Benoît Hamon et certains vont jusqu’à dire qu’il serait au bord du ralliement à Macron.

Hamon n’est donc pas le candidat de Valls.  Est-il celui de monsieur Hollande ? C’est assez peu probable, ou si c’est le cas, monsieur Hollande le cache bien.  Quant à la centaine d’élus socialistes qui font aujourd’hui le panégyrique de monsieur Macron, on ne peut pas dire non plus qu’Hamon soit leur candidat ! Pas plus que celui des militants qui se mettent en vacances de militantisme, fâchés que monsieur Valls ait été battu à la primaire.

Benoît Hamon, un Honnête Homme

Ecouter l'article: 

Excellent Benoit Hamon hier soir, qui défendait ses points de vue et son programme en direct sur A2.

Un discours clair, sans langue de bois. Un orateur qui ne sait pas que parler, mais qui sait écouter aussi.

Malheureusement étouffé entre des élus socialistes qui se renient et les « franceinsoumise » qui veulent avant tout bouffer du socialiste et venger leurs illusions perdues sous François Hollande, on ne peut pas dire que Benoît Hamon soit aujourd’hui dans une position confortable.

A la différence pourtant des pleurnichards de la droite et de l’extrême droite qui ne font que brandir la théorie du complot à chacune de leur difficulté, Benoît Hamon enrichit sans relâche le débat. Il interroge et s’interroge. J’ai vraiment eu le sentiment en le regardant hier soir de renouer avec la politique que j’aime, celle avec un grand P, en même temps qu’avec la noblesse du politique.

Je ne sais pas s’il sera présent au second tour, mais je veux croire que oui. Je ne veux pas en effet d’un second tour qui me donnerait à choisir entre une droite et une extrême droite engagées dans un concours de casseroles.

Fillon, Mélenchon et les autres

 

A 8 heures, monsieur Fillon que l'on attendait au salon de l'agriculture se décommande.

Depuis deux heures, l'information sur ce qui est pour l'instant un non-événement tourne en boucle sur les chaînes spécialisées où elle prend toute la place. Chacun y va de son interprétation et de ses hypothèses alors que, si ça se trouve, on découvrira à midi qu'il a juste eu une panne de réveil. Plaisanterie mise à part, j'espère que ce n'est pas quelque chose de grave.

Hier, c'est Mélenchon dont je regardais la retransmission d'un meeting à Brest. Sacré tribun qui possède à fond tous les trucs qui font vibrer les salles. Sacré contenu aussi.

Présidentielles, présidentielles !

 

Nouveau sondage ce matin, en attendant ceux de demain, puis d’après- demain.

Encore huit semaines d’une campagne présidentielle qui, plus encore que lors des les élections précédentes et moins, je le crains, que pour les prochaines, est commentée comme on commente une course de chevaux. Mais il s'agirait alors d'une course où tous les coups seraient permis entre les concurrents et où le public aurait le droit de déverser toutes sortes d’objets et d'immondices sur la piste.

C'est une campagne indigne… Aussi indigne que la campagne de Trump outre atlantique. C’est une campagne où les affaires et les petits arrangements sont mis en exergue au détriment des argumentaires.

Collège Pablo Neruda, on ferme ... ou la dernière ânerie du Président Lecornu

Ecouter l'article: 

On parle de fermer le collège Pablo Néruda à Evreux.
Le président du Conseil Départemental vient d'affirmer en effet  qu'il serait inflexible et que , contrairement à son prédécesseur qui n'aurait pas eu, lui,  le courage d'aller jusqu'au bout, il fermerait l'établissement en 2018.
En fait, après avoir consulté largement au préalable, Jean Louis Destans avait fini par se laisser convaincre il y a quelques années de ne pas toucher à ce collège du coeur de quartier de La Madeleine.
 Je faisais d'ailleurs partie de ceux qui ont argumenté pour son maintien.

Parce qu'au final, que reproche-t-on à ce collège ?

Un an déjà

Ecouter l'article: 

C'est amusant de voir changer le ton des discours, de voir changer les temps.  

Mars 2011, ce n'est pas si vieux pourtant.  

Un certain Ludovic Bourrellier distribuait alors ses tracts, en pleine campagne des cantonales, dans les bouchons à Navarre et sur la route de Saint Sébastien de Morsent. Il y dénonçait, « en live » comme on dit en Franglais, des embarras de circulation  totalement inacceptables. Il en faisait évidemment porter  la responsabilité au Conseiller Général du canton qu'il essayait de remplacer, sans succès cette fois là d’ailleurs.  

Aujourd'hui, je vois que dans la presse ce même Ludovic Bourrellier a pris un ton bien plus apaisé que ne le sont ces fameux embarras de circulation qui, à l'inverse, ont eux  fortement empiré… Quant au conseiller départemental du canton, c'est lui-même aujourd'hui. Alors il ne lui octroie  plus aucune responsabilité dans l'affaire, pas plus qu'à la nouvelle majorité départementale dont il fait partie.  

Allez donc savoir pourquoi ! 

  

Lefrand transforme la politique... en politicaillerie

Ecouter l'article: 

Monsieur Lefrand est un maire étrange.

Désespéré par le désamour entre le peuple et la classe politique, il décide, faute de pouvoir changer le peuple,  de changer la politique. Le voilà qui donne un signal fort aux Ebroïciens et qui se fait le chantre d'une charte de l'élu d'Evreux,  un texte fourre-tout quasi copié-collé de celui que nous ont pondu il y a quelque temps des parlementaires en quête d'un consensus mollasson.

Rénovons la politique pour la rendre plus compréhensible aux Ebroïciennes et aux Ebroïciens s'écrie monsieur Lefrand !

Syndiquer le contenu