Qui est ce candidat mystère - Petite devinette à l'attention des Ebroïciens

Ecouter l'article: 

It look's like you don't have Adobe Flash Player installed. Get it now.

 Elu député, il prendra, nous dit-il, cinq engagements qu'il rédige de façon à ne pas trop se fâcher avec monsieur Macron. Il ne se prononce pas par exemple sur la réforme du code du travail par ordonnances. Il se contente de dire qu’il sera vigilant … Il reste prudent. Qui sait, dans sa volonté d’ouverture, peut-être monsieur Macron aura-t-il besoin d’un ministre vigilant et ...

Vous ne devinez pas de qui il s'agit. Alors je vous aide encore un peu.

« Rassemblée, la Gauche peut gagner, écrit-il »… Mais sa première phrase précise qu’il s’agit de « SA Gauche »… Sinon on ne comprendrait pas sa candidature solitaire à un moment où il savait pourtant parfaitement bien les discussions entre gens de Gauche pour parvenir à un accord... et à une candidature presque unique dans la deuxième circonscription de l'Eure.

Vous n’avez toujours pas deviné de qui il s'agit ? Alors je vous donne un indice supplémentaire, comme le fait volontiers dans son spécial jeunes du mercredi, l’animateur du jeu des mille euros.

Il sait se montrer tellement rassembleur que, patron d’une grande collectivité durant un mandat et avant que les électeurs ne considèrent que le fauteuil était trop grand pour lui, il a réussi à suspendre un de ses vice-Présidents issu du parti communiste, un autre du parti socialiste et un autre encore du parti radical de gauche… Il ne manquait à son tableau de « rassemblement » que la suspension d'un vice-président écologiste pour se couper de tous ses alliés de Gauche.  Alors finalement, quand il parle de SA gauche, je crains qu’il ne s’agisse d’un périmètre un peu limité et qui lui est très personnel.

Ça y est, vous avez deviné tout de même ! Cliquez donc ici pour vérification, ainsi vous serez sûr.

La question que je me pose en revanche et pour laquelle il vous faudra trouver seuls la réponse : Avons-nous vraiment besoin de « SA gauche », d’une gauche bien solitaire perdue en Macronie, d’une gauche libérale qui, de Gauche, n’emprunterait guère que le nom. En tout cas, je reprends pour ma part son appel : "Ne dispersons pas nos voix. Dès le premier tour, faites le choix de la Gauche" ... De la Gauche, pas de Sa gauche !