Lefrand transforme la politique... en politicaillerie

Ecouter l'article: 

It look's like you don't have Adobe Flash Player installed. Get it now.

Monsieur Lefrand est un maire étrange.

Désespéré par le désamour entre le peuple et la classe politique, il décide, faute de pouvoir changer le peuple,  de changer la politique. Le voilà qui donne un signal fort aux Ebroïciens et qui se fait le chantre d'une charte de l'élu d'Evreux,  un texte fourre-tout quasi copié-collé de celui que nous ont pondu il y a quelque temps des parlementaires en quête d'un consensus mollasson.

Rénovons la politique pour la rendre plus compréhensible aux Ebroïciennes et aux Ebroïciens s'écrie monsieur Lefrand !

Dorénavant, l'élu de la ville d'Evreux garantira un exercice diligent et transparent de ses fonctions..." art 5

"Diligence" qu'est-ce que cette bizarrerie?

La première définition qu'en donne monsieur Littré ne concerne  pas le véhicule inconfortable que connaissent tous les amateurs de western. Dans le contexte qui nous occupe, il s'agit plutôt d'un soin attentif et appliqué.... Tellement appliqué qu'il devrait interdire au maire d'Evreux, président également du Grand Evreux Agglomération, de se disperser dans la vice présidence de la grande région Normandie.

Vous me direz que des cumulards, il y en a plein... Je sais, j'en connais aussi.

Mais tout de même cette charte de monsieur Lefrand, c'est justement pour faire de la politique autrement !  Il faut qu'il se donne à temps plein à son mandat de maire d'Evreux... 

Cela dit, il suffit peut-être d'un peu de patience. On entend ici et là qu'il pourrait être candidat aux prochaines législatives. Si par accident il en était vainqueur, il ne serait plus maire d'Evreux et donc plus tenu par la charte de l'élu d'Evreux... Ce qui mettrait fin à l'inconfort de sa situation au regard de cette belle déontologie qu'il prône.

 L'élu de la ville d'Evreux s'abstiendra dorénavant d'utiliser les ressources et les moyens mis à sa disposition pour l'exercice de son mandat ou de ses fonctions, à d'autres fins , notamment personnelles, électorales ou partisanes (art 7)

Le maire d'Evreux pourra donc toujours rédiger un tract de soutien à la liste sur laquelle il figure pour des élections régionales par exemple. Il pourra toujours le faire distribuer dans toutes les boites aux lettres, pourvu que ce soit par d'autres personnes que les personnels de la ville. Mais il ne pourra plus, comme il l'a fait pour les régionales, le faire diffuser sous une enveloppe cachetée, frappée aux armes de la ville et le présenter donc comme une communication du maire d'Evreux et non comme un tract.

Je ne suis de toutes façons pas certain qu'il en ait eu le droit jusqu'alors.

Sur un tout autre registre, on pouvait s'attendre, après le vote de la charte, à un ton nouveau dans l'animation du conseil municipal.

Il s'est pourtant déroulé dans une ambiance bien peu nouvelle.

Politicaillerie dans la présentation du budget.

Politicaillerie au lieu de réponses précises aux questions de l'opposition qui s'inquiète d'un autofinancement net négatif de 5 millions d'€... Ce qui veut dire qu'il y a peu de chances pour que la ville soit en mesure de rembourser son échéance de capital en  2017.

Politicaillerie au lieu de réponses aux questions sur le devenir d'associations à qui la ville coupe les vivres brutalement.

Politicaillerie encore qui vient masquer l'incapacité de l'adjoint chargé des associations à préciser les raisons de la suppression de toute aide au Méga-Pobec.

Enfin viennent les dernières répliques. Il est 23 heures et le maire annonce qu'au delà de la fusion avec la communauté de communes de Saint André, il se prépare à élargir encore le territoire de l'agglomération en y englobant des communes autour de Nonancourt.

Ce n'est pas une hypothèse qui soit sans conséquences sur le quotidien des Ebroiciens ni sur la gestion des finances de la ville. De plus, rien n'oblige à ces extensions du périmètre de l'agglomération et rien n'en a été évoqué lors de l'élection municipale.

Timour Veyri et moi-même rappelons que face à de tels enjeux, on ne peut pas limiter le débat au secret des bureaux et des commissions. Il faut y associer les Ebroiciens et , pourquoi pas,  organiser un référendum d'initiative locale.

"Nous sommes encore dans la cinquième république, rétorque le maire, et le peuple est représenté par ses élus"

Pour ce grand "rénovateur" de la politique que se veut monsieur Lefrand, entre deux élections le peuple n'a qu'à se taire... Et d'autant plus que l'on vient de voter une charte de l'élu pour le satisfaire !

Quand je vous dit qu'il est un maire bien étrange.